Le combat de l’étang de la Chaine 1792

Combat de l’étang de la Chaine

Commune du Bourgneuf-La-Forêt ( Mayenne)

26 septembre 1792

 

Vers la fin du mois de septembre 1792, en Mayenne, une troupe de gardes nationaux d'Andouillé, La Brulatte, La Baconnière et Saint-Germain-le-Guillaume livrent au pillage le château de Fresnay. Alertés par le tocsin, les paysans de Launay-Villiers, Boislin et Bourgon se rassemblent à Launay-Villiers, place que le marquis de La Rouërie venait de quitter après y avoir séjourné clandestinement pendant trois mois.

 

Le bourgneuf la foret chateau de fresnay

Château de Fresnay

 

Au chevalier de Farcy, propriétaire du château, qui cherche à dissuader les insurgés d'attaquer les gardes nationaux, les paysans répondent qu'après les châteaux des nobles, ce seront leurs métairies qui seront incendiées par les patriotes.

Un des agents de La Rouërie, Jean-Louis Gavard, secondé par Jean Chouan, prend alors la tête des insurgés. Les paysans se lancent aussitôt à la poursuite des gardes nationaux, qu'ils rattrapent en soirée, au Bourgneuf-la-Forêt . La charge menée par les frères Pinçon met rapidement en déroute les gardes nationaux qui abandonnent leur butin et laissent 18 morts sur le terrain. La municipalité du Bourgneuf, perturbée par les événements ignore le nom des morts qui ne sont pas du village. L'une des victimes est Pierre Gandon, un dixième mort est Pierre Babin.

L'embuscade est suivie le lendemain par une échauffourée entre les 800 chouans et la force armée de Laval (200 hommes) qui venait pour réprimer l'insurrection. Elle fut reçue à l'étang de la Chaîne par une fusillade. Cet accrochage fait deux morts parmi les insurgés ; et un blessé républicain (le gendarme Fontaine). C’est le premier combat des Chouans en Mayenne et de la chouannerie de l’ouest.

Parmi les chouans décédés : Geoffroy Veillard du Genest et François Censier de Launay-Villiers, tous les deux enterrés à Saint-Ouen-des-Toits le 29 septembre (E dépôt 178/E15 vue 78)

 

Croix 1er combat chouan 1792

Croix commémorative déposée sur les lieux du combat par l’ASCM en 2014