Le combat de la Hennerie 1799

Le combat de la Hennerie

2 octobre 1799

Argentré

 

Après avoir pris Louverné, l'armée des Chouans du Maine (3000 hommes) commandée par le général de Bourmont se met en marche vers la Sarthe. Avertie, la ville de Laval réunit soldats de garnison, gardes nationaux et volontaires et envoie une colonne intercepter les Chouans. Celle-ci commandée par le chef de bataillon Margeret (500 hommes) se porte sur Louverné, mais le bourg a été évacué. Elle rencontre les Chouans aux landes de la Hennerie, à Argentré à la tombée de la nuit.

 

Marechal de bourmont

Général de Ghaisne de Bourmont dit Renardin

 

Les Républicains attaquent l'arrière-garde royaliste, les Chouans rétrogradent en engageant toutes leurs forces. D'Hauterive donne avec les réserves, et François Logerais, dit  Pimousse  attaque sur le flanc avec sa compagnie de Marigné. Débordés les Républicains prennent la fuite après une heure et demie de combats. Quelques grenadiers parviennent à assurer la retraite sur Laval où les Chouans les poursuivent jusqu'à la rue du Hameau. Maîtres du terrain, les Chouans passent ensuite la nuit au château de Hauterive, à Argentré.

 

Chateau d hauterive

Château de Hauterive

 

Concernant les pertes, le Bulletin de l'Armée Royale du Maine rapporte que les Républicains ont perdu 180 hommes, ainsi que bon nombre de prisonniers, 400 fusils et 20 chevaux, tandis que les pertes de leurs troupes sont de 6 tués et 8 blessés. Dans son rapport au général Darnaud, le chef de bataillon Margeret indique que « beaucoup de monde manque à l'appel ».

Un certain nombre de soldats républicains tués, retrouvés après la bataille, ont été enterrés dans divers villages alentours. On évoque le nombre de 49 !

 

 

(Source : Ferdinand Gaugain, Histoire de la Révolution dans la Mayenne, deuxième partie, la chouannerie, t. I, R.Chailland, p. 349-350)

 

×