Le combat de l'Auberge-Neuve 7 avril 1796 Le Ribay

La bataille de l'Auberge-Neuve

7 avril 1796 Le Ribay

 

Le 6 avril 1796, Louis de Frotté commandant des Chouans de Normandie, passe ses chouans en revue sur les rochers du Bignon à Niort, puis quitte Ambrières-les-Vallées à la tête de 1 500 hommes, Normands et Mainiots, pour se rendre à son quartier général de la Coquelinière chez « Deslauriers » à Montreuil-Poulay. Le 7 avril 1796 sur le chemin, une partie de ses forces commandées par Saint-Paul (Louis Courtillé de Montreuil-en-Champagne) est attaquée près de Champéon par des soldats républicains de la garnison du camp fortifié de l'Auberge-Neuve (ou la Maison neuve) sur la commune du Ribay. Le combat tourne à l'avantage des Chouans et les Républicains doivent se replier et se réfugier dans leur fort.

 

Louis de frotte

Louis de Frotté

 

Saint-Paul est ensuite rejoint par Frotté avec le reste de son armée. Les Chouans risquent cependant d'être tenus en échec, étant dépourvus de canons. Frotté décide alors de lancer l'assaut mais il en est dissuadé par Robert Julien Billard de Veaux. Les Chouans renoncent donc et se replient sur Champéon laissant à Robert Billard de Veaux (dit Alexandre) d’Ambrières-les-Vallées et à Etienne Martial de Mandat, 50 chouans pour couvrir la retraite.

 

Mandat

Etienne Martial de Mandat

 

Mais alors que Billard de Veaux et Martial de Mandat protègent la retraite de l'armée avec une unité de déserteurs républicains, un détachement de Chouans du pays d'Ambrières-les-Vallées est attaqué par des renforts républicains et doit se replier à cause du manque de cartouches. Billard rallie alors les Mainiots qui sont sous ses ordres et fait distribuer de nouvelles cartouches. Les Chouans se retranchent alors derrière un ruisseau et opposent une longue fusillade aux soldats républicains. Puis les combats se poursuivent au corps à corps et les républicains finissent par plier et battre en retraite. Dans cette affaire les Chouans perdent 30 hommes dont un de leurs meilleurs officiers, Léonard Louis Gabriel Gaultier de Carville (dit Cadet Roussel car il combattait avec un uniforme rouge des Mousquetaires du Roi). Une balle lui fracasse la cuisse et il meurt deux jours plus tard à Montreuil.

Gaultier de carville

Léonard Louis Gabriel Gaultier de Carville dit Cadet Roussel

 

Lorsque le général de Frotté se retire faute de munitions suffisantes, les républicains se vengent sur la population et se livrent aux représailles et au brigandage. Des familles entières de paysans sont assassinées sous le prétexte d’être « passées » aux chouans. Plusieurs semaines auparavant, les chouans avaient exécuté trois officiers publics dans le canton.

La zone resta sensible car les républicains avaient installé un poste de gardes nationaux à l’Auberge-Neuve, chargés de protéger les convois de grains et de bestiaux sur le grand-chemin Paris-Brest. Par voie de conséquence, les chouans portent une attention particulière à la commune.

Charles-Nicolas de Saint-Paul Lingeard (dit Henry) commandait la division d’Ambrières. C’était un officier émigré rentré en 1795. Il maintenait un groupe de chouans embusqués près de ce point sensible, afin d’être renseigné sur la zone de Champéon. De fait, le 15 juin 1796, un groupe de chouans commandé par Billard de Veaux et Manoury (dit Bon conseil) attaquent un convoi de bestiaux réquisitionnés par les républicains et venu de la commune du Pas.

×